Musée des beaux-arts
Bremen
2005

          L’extension de ce musée, qui a été construit en plusieurs fois au cours du XIXe siècle, vise à constituer un tout avec les phases précédentes, tout en se donnant à lire comme un objet autonome sur un second plan de perception. Son plan par pièces lui permet de constituer une continuité dans le parcours intérieur de visite tout en mettant en œuvre une structure spatiale non hiérarchisées adaptées aux contraintes de flexibilité de la muséographie contemporaines. La structure apparente des plafonds permet de donner une place aux installations techniques de climatisation et d’éclairement. En changeant de direction perpendiculairement d’un étage à l’autre, elle participe du sentiment de désorientation attaché à la déambulation parmi les œuvres, et renforce ainsi l’immersion dans la contemplation.

          Le plan en croix permet de minimiser l’impact de l’extension sur l’espace public de la rue, tout en lui donnant une forte présence du côté du parc. Les creux entre les branches de la croix constituent autant de zones d’interaction entre le bâtiment et la ville : entrée du personnel et des œuvres sur la rue, terrasse du café au sud du côté du lac, entrée dans le foyer de l’auditorium entre l’extension et le bâtiment existant du côté du parc.

          Le béton brut des façades, coulé en place, contient des agrégats provenant de la même carrière que les pierres avec lesquelles a été construit le bâtiment d’origine, afin d’avoir un aspect le plus proche possible, et, surtout, de se patiner de la même manière au cours du temps. La modénature verticale enveloppe le bâtiment d’une couche d’ombre qui rend son volume vibrant bien qu’il soit monolithique. Au cours du temps, la patine accompagnera la verticalité du relief, inscrivant le bâtiment existant et celui à venir dans une expérience temporelle commune.

Budget :
11,2 M € HT
Surface :
4 500 m²
Maître d'ouvrage :
Kunsthalle Bremen
Statut :
non construit
précédent suivant